Pathologie des glandes salivaires

 

 

Les glandes salivaires se divisent en majeurs (parotide, sous-maxillaire – ou submandibulaire – et sublinguale) et mineurs (submuqueuses, reparties par voie orale et le grand tube aéro-digestif).

 

La fonction des glandes salivaires est de sécréter de la salive, qui permet l'humidification des muqueuses, la digestion du bol alimentaire et la défense contre les germes (à cause du contenu du lysozyme et immunoglobine A dans la salive).

La pathologie la plus fréquente des glandes salivaires est la submaxilitis aiguë, c'est-à-dire, l'inflamation de la glande submaxillaire, qui se présente comme une bosse en dessous de la mâchoire, parfois douloureuse, et qui est presque toujours liée au repas ou apparaît juste après celle-ci. Cette pathologie se produit comme conséquence de l'obstruction du canal où la glande draine en présence d'un calcul. Ce fait provoque l'accumulation de salive à l'intérieur de la glande, ce qui cause une inflamation et une plus grande prédisposition à une infection. Le traitement initial est pharmacologique et si l'altération ne cède pas on passe à un traitement chirurgical avec excision totale de la glande.

 

Les autres pathologies de la glande salivaire sont l'inflammation uni ou bilatérale des parotides – oreillons – (quand la cause est virale on les appelle vulgairement “oreillons” et sont typiques à l'enfance) et l'obstruction des glandes salivaires mineurs, qui provoque la dénommée mucocèle (accumulation de salive dans la muqueuse où draine la glande la moins affectée).

 

Les glandes salivaire peuvent aussi subir une pathologie tumorale, tant  bénigne que maligne. Dans les glandes salivaires majeures les tumeurs benignes sont les plus fréquentes (la tumeur la plus fréquente d'entre elles est l'adénome pléomorphe ou mélange de parotide et la deuxième plus fréquente est la tumeur de Warthin ou adénocitolymphome de parotide). Au contraire, la grande majorité des tumeurs des glandes salivaires mineurs sont malignes.

 

La chirurgie des glandes salivaires majeurs mérite une attention particulière étant donné qu'elles ont une anatomie topographique importante. La glande parotide se divise chirurgicalement en deux lobes, superficiel et profond, par lesquels passe la VII Paire Crâniènne (nerf facial), fondamentale dans l'innervation motrice et sensible du visage. Ainsi, la chirurgie de la parotide doit être réalisée avec grand soin pour ne pas endommager ce nerf. D'un autre côté, la glande submaxillaire se lie anatomiquement avec les nerfs : lingual (qui fonctionne également près de la glande sublinguale; il s'occupe de la sensibilité de la langue), hypoglosse (innerve le muscle de la langue) et la branche marginale du nerf facial (indique la sensibilité de la lèvre inférieures). C'est pour cela qu'il faut faire attention à l'acte chirurgical pour ne pas faire de dommages à ces niveaux.

Général

References

Implants dentaires

Services

Esthétique facial

Maxillo-faciale

Logo ICEX

This website is solely funded by Clínica Furelos. It contains no third-party advertising and it respects
confidentiality in accordance with the privacy laws of medical and health information.

The author has no economic interests in any
of the products or devices shown in this website.

Furelos En: LinkedIn
Youtube Clínica Furelos en Facebook

2010-2017 © Copyright contenidos Centro de Cirugía Maxilofacial de Canarias, S. L. P. Todos los derechos reservados • Aviso legalPolítica de privacidad